A Kiev, Ursula von der Leyen ouvre la marche de l’Ukraine vers « l’avenir européen »

C’est une enveloppe aux couleurs des drapeaux ukrainien et européen. Vendredi 8 avril, au terme de sa visite à Kiev, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a remis au président ukrainien, Volodymyr Zelensky, un questionnaire qui servira de point de départ à une décision sur l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. « Ce ne sera pas, comme d’ordinaire, une question d’années pour se faire une opinion, mais je pense une question de semaines », a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse sur place.

En réponse, M. Zelensky a assuré sous les rires de l’assistance que le dossier sera renvoyé dans une semaine. Dans la soirée, lors de son adresse quotidienne aux Ukrainiens, le président a déclaré être convaincu que « nous sommes enfin sur le point d’atteindre notre objectif de longue date. L’Ukraine sera l’un des égaux dans la maison commune européenne. L’Ukraine deviendra membre de l’Union européenne ».

Visite à Boutcha

La journée d’Ursula von der Leyen dans le pays en guerre avait commencé par une visite à Boutcha, ville de 37 000 habitants dans la région de Kiev, occupée par les forces russes du 27 février au 31 mars. Les images de cadavres de civils découverts dans les rues, pour certains les mains attachées dans le dos, ont suscité un mouvement d’indignation internationale et poussé les Occidentaux à accentuer la pression sur Moscou. La visite s’est déroulée en présence de Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, et de Denys Chmyhal, premier ministre ukrainien.

Face aux corps exhumés d’une fosse commune, la présidente de la Commission, portant un gilet pare-balles, a déclaré : « L’impensable s’est produit ici. Nous avons vu la face cruelle de l’armée de (Vladimir) Poutine. » Josep Borrell a affirmé que l’Union européenne allait allouer un budget de 7,5 millions d’euros afin de soutenir la collecte de données sur les personnes disparues. « Les crimes de guerre russes à Boutcha et ailleurs doivent faire l’objet d’une enquête et de poursuites. Notre mission civile en Ukraine aidera le procureur général d’Ukraine à fournir une formation et du matériel pour soutenir les enquêtes et la collecte de preuves », a-t-il écrit sur Twitter.

Dans la matinée, alors que la délégation se rendait vers la ville meurtrie, un autre drame a touché l’est de l’Ukraine. Au moins cinquante personnes, dont cinq enfants, ont été tuées lors d’un bombardement attribué aux forces russes sur la gare de Kramatorsk. Ursula von der Leyen s’est dite « profondément choquée » par le « comportement cynique » de ceux qui ont écrit « pour nos enfants » à la peinture blanche sur un des missiles retrouvés non loin des lieux.

Il vous reste 40.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to give thanks to the writer of this write-up for this remarkable content

A Kiev, Ursula von der Leyen ouvre la marche de l’Ukraine vers « l’avenir européen »

Travors