“Au-delà de la honte”: indignation après un tweet de l’ambassade de Russie présentant Boutcha comme un “plateau de tournage”

La publication évoque un “plateau de tournage” en montrant une photo de Boutcha, ville où ont été découverts le week-end dernier des exactions commises sur des civils.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’ambassade de Russie en France s’est fendue d’un nouveau tweet mensonger, à l’image de la communication déployée par les comptes Twitter officiels rattachés à la Fédération de Russie depuis le début de l’offensive en Ukraine. Le message évoque cette fois un “plateau de tournage” à Boutcha, ville où ont été découverts le week-end dernier des exactions commises sur des civils. À l’ONU, l’ambassadeur russe avait déjà évoqué une “mise en scène” des Ukrainiens pour évoquer les cadavres découverts dans les rues de cette ville de la banlieue de Kiev.

“Tweet le plus déshonorant de l’année”

Après cette énième provocation de la part de la représentation russe en France, et que la véracité des tueries commises à Boutcha a été établie par une multitude d’organes de presse mondiaux, dont les envoyés spéciaux de BFMTV sur place, l’heure est une nouvelle fois à la condamnation sur le réseau social.

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune a ainsi répondu au tweet.

“Au-delà de la honte, stop”.

Un message qui a été relayé sur les comptes Twitter d’Élisabeth Borne, ministre du Travail, ainsi que sur celui d’Aurore Bergé, vice-président du groupe LaREM à l’Assemblée nationale. L’eurodéputée Valérie Hayer, coprésidente du groupe Renaissance, a de son côté indiqué:

“Cette communication donne la nausée. La Russie répondra de ces crimes”.

Parmi les autres réponses, la condamnation est là aussi quasi-unanime. “Tweet le plus déshonorant de l’année. Et pourtant il y avait des prétendants”, évoque un utilisateur.

La photo partagée par l’ambassade russe, censée montrer un “plateau de tournage” à Boutcha, a bien été prise dans la ville. On y voit plusieurs journalistes, comme le témoigne le message “PRESS” écrit sur leur gilet pare-balles, dont certains prenant en photo un chat perdu au milieu des décombres, avec en arrière-plan la carcasse d’un blindé.

Mais comme l’a démontré le compte @GastonCremieux, la photo ne montre en rien un tournage, mais bien des journalistes documentant les horreurs commises dans la ville après le départ des troupes russes. La photo originale se trouve dans un reportage réalisé par le média ukrainien Vechirniy, accessible ici, et intitulé: “Ils l’ont rasée: à quoi ressemble la rue principale de Boutcha aujourd’hui après des batailles à grande échelle”.

Dans l’article, on retrouve bien la photo qui a été relayée par l’ambassade de Russie, mais aussi d’autres prises de vue similaires. On retrouve ainsi sur certains clichés le chat roux, mais aussi d’autres photographies de la carcasse du blindé.

Désinformation à tout-va

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, la Russie redouble d’efforts pour procéder à de la désinformation sur le conflit. Outre les accusations de “mises en scène” à Boutcha, les autorités russes répètent à qui veut bien l’entendre que ce sont les Ukrainiens qui tuent les civils à Marioupol, ou qu’ils utilisent des enfants comme des boucliers humains.

Lundi, la France a renvoyé 35 diplomates russes basés à Paris, “dont les activités sont contraires à nos intérêts de sécurité”, comme l’avait indiqué le Quai d’Orsay. Parmi eux, certains ont pu participer à la désinformation commise par les comptes numériques de l’Ambassade, comme l’avait indiqué notre éditorialiste politique internationale Patrick Sauce.

We would love to give thanks to the writer of this short article for this amazing material

“Au-delà de la honte”: indignation après un tweet de l’ambassade de Russie présentant Boutcha comme un “plateau de tournage”

Travors