AZ Factory, une première collection sans Alber Elbaz

Lundi 4 avril, AZ Factory a lancé sa première collection depuis la mort de son fondateur, Alber Elbaz, il y a tout juste un an. Elle est signée par le créateur sud-africain Thebe Magugu, valeur montante de la sphère mode de 28 ans, qui n’a pas connu Alber Elbaz. « Mais nous sommes nés sur le même continent, lui au Maroc, moi en Afrique du Sud, explique-t-il. Cela m’a permis de poser les bases de cette collection pour laquelle j’ai voulu souligner ce que la couture et la culture africaines ont en commun : l’amour de l’artisanat, le goût des histoires. »

Thebe Magugu a poursuivi le travail du fondateur en se servant d’imprimés de l’artiste franco-algérien Chafik Cheriet, qu’Alber Elbaz avait fait produire mais n’avait pas eu le temps d’utiliser, en élargissant la gamme de vêtements déjà existante. Il a aussi injecté un peu de son ADN, avec des jupes plissées asymétriques, des chemises élégantes. « Il faisait des habits plutôt près du corps et moi assez amples ; j’ai voulu garder cette tension », raconte Thebe Magugu. Trenchs zébrés pop, tops à volant en polyester recyclé et robes drapées opulentes cohabitent joyeusement dans une palette de couleurs primaires.

Tant de gaieté ferait presque oublier les difficiles débuts d’AZ Factory. La marque est née de l’envie d’Alber Elbaz de renouer avec une mode qui ait du sens, après une séparation difficile avec Lanvin, où il était resté quatorze ans. Il ambitionne alors de « proposer des solutions » aux femmes avec des collections qui ne collent pas au rythme des saisons, mais répondent à des problématiques (un vestiaire polyvalent de la gym au cocktail, des vêtements techniques et élégants…).

Dénicheur de talents

Dès sa création, le contexte n’a pas été favorable à la griffe. Alber Elbaz a signé avec le groupe de luxe Richemont en novembre 2019. Il lui a fallu quelques mois pour recruter une équipe, qui était prête… juste à temps pour le premier confinement, en mars 2020. Il n’y a donc pas eu de défilé, seulement une vidéo, publiée en janvier 2021, où Alber Elbaz présentait son projet mode dans une amusante parodie d’émission télé. On y découvrait, par exemple, d’astucieuses robes noires gainantes dotées d’une maille technique capable de renforcer la posture au niveau du torse, mais extensible sur les jambes pour ne pas gêner le mouvement.

AZ Factory par Thebe Magugu.

Après le décès brutal d’Alber Elbaz à 59 ans des suites du Covid-19, en avril 2021, AZ Factory s’est consacrée pendant cinq mois à l’élaboration du défilé « Love Brings Love », qui répondait au souhait du créateur d’organiser un show géant s’inspirant des designers marquants. L’histoire d’AZ aurait pu s’arrêter après cet hommage rendu en octobre 2021, mais le succès de l’événement – tant d’un point de vue créatif que médiatique – a convaincu la direction de poursuivre le projet.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Avec « Love brings love », le Palais Galliera célèbre Alber Elbaz

Dorénavant, AZ accueillera des jeunes créateurs comme Thebe Magugu, qui ont des idées à développer, mais ne possèdent pas forcément la structure nécessaire. Pour Richemont, leader dans le domaine de l’horlogerie de luxe, qui cherche à développer son emprise mode, c’est une belle opportunité de se positionner comme dénicheur de talents. Ou de se rapprocher de graines de star comme Thebe Magugu, déjà récompensé en 2019 du Prix LVMH.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Mode : Alber Elbaz, ancien directeur artistique de Lanvin, est mort

We wish to say thanks to the author of this write-up for this amazing web content

AZ Factory, une première collection sans Alber Elbaz

Travors