Crise Russie-Ukraine : Vladimir Poutine reconnaît la souveraineté des séparatistes prorusses sur l’ensemble des régions de Lougansk et Donetsk

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #UKRAINE

17h55 : “La meilleure solution [à la crise] serait que les autorités actuellement au pouvoir à Kiev refusent d’elles-mêmes de rejoindre l’Otan et s’en tiennent à une neutralité”, a également déclaré Vladimir Poutine.

17h54 : Un journaliste du site d’investigation Bellingcat fait part de son effroi, après cette annonce. Il diffuse une carte des frontières des régions séparatistes (en rouge) et des frontières des deux oblasts ukrainiens (en jaune liseré de rouge), pour donner une meilleure idée de la déclaration de Vladimir Poutine sur l’indépendance de “l’ensemble des régions” de Lougansk et de Donetsk.

17h48 : La question des frontières était au cœur des discussions. Concrètement, cela veut dire que la Russie reconnaît l’indépendance des deux oblasts (régions) du Donbass, et pas seulement de leurs parties séparatistes. Il estime que les différends à la frontière de la RPD et de la RPL doivent être résolus par des négociations”. Il juge que c’est “impossible aujourd’hui” mais que cela fonctionnera à l’avenir.

17h44 : Vladimir Poutine reconnaît la souveraineté des séparatistes sur l’ensemble des régions de Lougansk et de Donetsk.

17h49 : Vladimir Poutine a évoqué une “assistance militaire”, mais il précise qu’il n’a pas dit que les troupes russes allaient “se rendre immédiatement” dans le Donbass séparatiste. Jusqu’où est-il capable d’aller à l’avenir ? “Il est impossible de prédire des actions en particulier. Cela dépendra de la situation.”

17h32 : “La Russie va fournir une assistance militaire” à ces deux territoires, confirme le président russe.

17h32 : “Les accords de Minsk n’existent plus puisque nous avons reconnu les Républiques de Donetsk et de Lougansk”, déclare Vladimir Poutine en conférence de presse.

17h32 : Après un débat éclair, le Conseil de la fédération a approuvé cette demande à l’unanimité des 153 votants. Le document a été diffusé par l’agence RIA Novosti. Tout a donc été réglé, côté russe, pour lancer une intervention des troupes russes dans le Donbass séparatiste.

62150f2a5ff4e9c74ac186c2

17h27 : La chambre haute du Parlement russe a approuvé la demande du président Vladimir Poutine de déployer des militaires russes à l’étranger.

17h07 : L’Ukraine exhorte l’Union européenne à lui donner des garanties sur une future adhésion, face aux menaces russes. “J’ai appelé l’UE à mettre de côté toute hésitation, toute réticence et tout le scepticisme existant dans des capitales européennes et à donner à l’Ukraine la promesse de sa future adhésion”, a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

17h14 : Le vice-ministre russe de la Défense, Nikolaï Pankov, a lu la demande du chef de l’Etat devant l’assemblée réunie en session extraordinaire, arguant qu'”aux frontières des Républiques populaires de Donetsk et Lougansk, une armée [ukrainienne] de 60 000 hommes et de blindés lourds” a été déployée.

621508405ff4e9c74fc186b5

RIA NOVOSTI

17h14 : Le président russe Vladimir Poutine a demandé à la chambre haute du Parlement d’autoriser l’envoi de militaires russes en soutien aux séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine dont il a reconnu l’indépendance.

16h55 : Vladimir Poutine demande au Sénat russe l’envoi de militaires en soutien aux séparatistes en Ukraine.

16h36 : Côté ukrainien, à l’ouest de la ligne de contact, nous retrouvons cette fois Maryse Burgot. Elle a rencontré une famille qui a décidé de quitter le village de Maiorske, “totalement effrayée” par l’évolution de la situation. Ces gens qui décident de partir ne savent pas ce qu’il va se passer, ils ne savent pas si les Russes vont s’arrêter ou venir jusqu’ici”, conclut notre collègue.

FRANCE 2

16h28 : A Donetsk, à l’est de la ligne de contact, des hommes se portent volontaires pour combattre dans les troupes séparatistes, a constaté sur place notre journaliste Luc Lacroix. La guerre dure depuis déjà huit ans et la Russie est vue comme un protecteur par une partie de la population. “On aura de l’aide et on aura de l’espoir”, glisse un habitant. Vous pouvez retrouver ce reportage dans la vidéo suivante.

16h20 : Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sera ce soir l’invité du “20 heures” de France 2. Il reviendra plus longuement, et en détail, sur les sanctions prononcées à l’encontre de la Russie à l’issue de la réunion européenne.

16h18 : Interrogé sur la possibilité de prononcer des sanctions à l’encontre de Vladimir Poutine, Josep Borrell, en revanche, a préféré botter en touche. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE débutent maintenant leur réunion à Paris. Vous retrouverez ci-dessous l’intégralité de l’entretien accordé par Josep Borrell à franceinfo.

FRANCEINFO

16h13 : “Je ne pense pas que les Russes s’arrêtent là”, déclare sur franceinfo Josep Borrell, haut représentant de l’UE aux Affaires étrangères. “Il y aura d’autres sanctions s’il y a annexion” des territoires séparatistes.

16h10 : Cette décision russe marque-t-elle un échec de la diplomatie européenne ? “Pourquoi ?”, répond Josep Borrell. “La démocratie, ce n’est pas un match de football. Il faut mettre en place tous les moyens, les contacts personnels…” La diplomatie “va continuer d’une façon ou d’une autre”, poursuit-il, même s’il pense que les rencontres prévues cette semaine ne se dérouleront pas.

16h10 : “Je prends des mesures pour faire face à ce qui pourrait se passer. Mais cela m’étonnerait beaucoup que tout s’arrête là”, poursuit Josep Borrell. “Les combats continuent [au Donbass], des centrales électriques ont été bombardées, il y a un niveau de violence, du point de vue de l’artillerie, qu’on n’avait pas vu depuis très longtemps.”

FRANCEINFO

16h01 : Les sanctions concernent les membres de la Douma, le Parlement russe, qui ont voté la reconnaissance de l’indépendance des deux territoires. Elles concernent également “les responsables du secteur militaire” et des banques, même si leur nombre reste à établir. Par ailleurs, “nous allons faire en sorte que l’Etat russe ne puisse pas se financer en Europe.”

FRANCEINFO

15h56 : “Il va y avoir des sanctions personnelles, qui vont toucher les responsables des décisions prises, les parlementaires russes… Il va y avoir des sanctions économiques et il va y avoir des sanctions financières des institutions financières bancaires russes.”

15h57 : Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, est l’invité exceptionnel de franceinfo. Vous pouvez suivre l’entretien en direct.

15h27 : L’UE est sur le point d’activer son équipe de réaction rapide aux cyber-attaques afin d’aider l’Ukraine à faire face aux attaques russes, a déclaré la Lituanie, chef de file de cette unité. Cet Etat balte et d’autres pays veulent “aider les institutions ukrainiennes à faire face aux cybermenaces croissantes”, a tweeté Margiris Abukevicius, le vice-ministre lituanien de la Défense.

14h58 : La Maison Blanche a salué la suspension par l’Allemagne de l’autorisation du gazoduc Nord Stream 2. “Nous avons été en étroite consultation avec l’Allemagne cette nuit et nous félicitons son annonce. Nous prendrons nos propres mesures [de sanction] aujourd’hui”, a écrit Jen Psaki, la porte-parole de Joe Biden sur Twitter.

14h51 : “C’est affligeant de voir dans le débat politique français Eric Zemmour, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, le président de la République qui va à Moscou et qui tutoie Vladimir Poutine, un dictateur. Il y a beaucoup trop de complaisance aujourd’hui vis-à-vis de Vladimir Poutine, vis-à-vis de cette agression. Il faut des sanctions extrêmement sévères.”

Le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot dénonce sur France Inter la “complaisance” de certains candidats envers Vladimir Poutine. Il cible par exemple Jean-Luc Mélenchon, qui dit “finalement [que] c’est davantage la faute des Etats-Unis que de la Russie s’il y a 130 000 militaires russes massés aux frontières de l’Ukraine prêts à l’envahir.”

14h39 : “La situation internationale étant ce qu’elle est, j’ai décidé ce matin d’arrêter d’animer ‘Interdit d’interdire’. Par loyauté envers la France, je ne peux pas continuer une émission de débat contradictoire à partir du moment où mon pays se retrouve en conflit ouvert avec la Russie.”

L’animateur Frédéric Taddéi ne présentera plus son émission “Interdit d’interdire” sur RT France, chaîne d’information financée par la Russie. Il ne quitte pas la chaîne pour autant, car la présidente lui “a demandé de ne pas prendre de décision trop hâtive”, rapporte Le Figaro.

14h11 : La liste contient actuellement des propositions contre des individus et des banques liés aux décisions et aux opérations en cours, l’ouverture à la Russie des marchés de l’UE et le commerce des deux territoires séparatistes avec l’UE. Cette rencontre des ministres débutera à 16 heures, précisent Ursula von der Leyen (Commission européenne) et Charles Michel (Conseil européen) dans un communiqué commun.

14h12 : “Un premier train de sanctions [européennes contre la Russie] sera officiellement présenté” après la rencontre des ministres des Affaires étrangères européens.

13h49 : Quant à leur part dans les négociations… Disons que le fin mot revient au Kremlin. Ajoutons que ces deux territoires réclament depuis longtemps leur intégration à la Russie, et qu’ils étaient donc opposés aux accords de Minsk qui prévoyaient la réintégration en Ukraine sous statut autonome. Ce matin, un représentant de Lougansk a même déclaré que l’indépendance devait concerner l’intégralité des oblasts du Donbass, et non seulement la partie sécessionniste. Ce n’est pas d’actualité, toutefois, puisque le décret porte bien sur les territoires à l’est de la ligne de contact.

13h44 : Bonjour @Thom. En effet, elles disposent chacune d’un gouvernement et d’un Parlement local, lesquels ne sont pas reconnus au niveau international. Hier soir, Denis Pouchiline, leader de la république autoproclamée de Donetsk, et Léonid Passetchnik, pour la république de Lougansk, se trouvaient au Kremlin pour signer le décret de reconnaissance d’indépendance paraphé par Vladimir Poutine. Par ailleurs, les textes d’amitié et d’assistance ont été ratifiés ce matin par la Douma mais également par les Parlements locaux des deux territoires.

6214d7878256bf999d20aabf6214da6b5ff4e9c74fc18687

BUREAU DE PRESSE DU KREMLIN

13h43 : Est ce que les deux régions autonomes ont déjà des formes de gouvernement ? Si oui, sont elles inclues dans les négociations ou Moscou décide de tout ?

13h36 : Le président russe Vladimir Poutine se défend de mener une politique expansionniste, afin de restaurer une grandeur fantasmée de l’époque soviétique. “Nous avions prévu qu’il y aurait des spéculations comme quoi la Russie s’apprête à reconstituer un empire et ce n’est absolument pas la réalité”, a-t-il au Kremlin lors d’une rencontre avec son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev,

13h27 : Marioupol ne se trouve pas en territoire séparatiste. Elle est toujours le principal port ukrainien offrant un accès la mer d’Azov. Elle se situe entre la Crimée, annexée par la Russie, et les territoires séparatistes du Donbass. Les autres villes principales du Donbass sont Kramatorsk et Sievierodonetsk, deux centres industriels. Chez les séparatistes, Donetsk et Lougansk font office de capitales des républiques autoproclamées.

6214d2575ff4e9c74dc18663

GOOGLE MAPS

13h27 : Bonjour . Marioupol fait partie de la région dite du “Donbass” – qui désigne littéralement le bassin houiller de la rivière Donets – et était composé de deux régions en Ukraine : oblast de Donetsk et oblast de Lougansk. En 2014, des séparatistes ont proclamé des “républiques populaires” dans les capitales de ces régions, dont ils ont pris la partie orientale.

6214cf6c5ff4e9c74ac18684

OSCE

13h03 : Bonjour, Marioupol fait-elle partie du Dombass ? Quelles sont les grandes villes de cette région ? Merci

12h52 : L’Ukraine a rappelé pour “consultations” son chargé d’affaires à Moscou, Vassyl Pokotylo. Peu avant, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé qu’il allait examiner une possible rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. La Russie a créé les bases “légales pour la poursuite de son agression militaire contre l’Etat ukrainien”, a-t-il estimé.

12h45 : Un journaliste de la chaîne CNN observe des colonnes de véhicules militaires côté russe, dans le secteur de Rostov et de Sambek, c’est-à-dire tout près du Donbass séparatiste. Il s’agit notamment de transport de troupes et de carburant, précise-t-il.

12h34 : Quelles sanctions européennes contre la Russie ? Les ambassadeurs des 27 devraient se réunir à nouveau en fin de journée à Bruxelles, a appris France Télévisions, près la réunion des ministres des Affaires étrangères qui se déroule à Paris. L’UE essaie de finaliser les textes juridiques dans la journée pour publier le détail des sanctions dès ce soir.

12h20 : Ce gazoduc est achevé mais il n’a pas encore été ouvert. “Sans cette certification, Nord Stream 2 ne peut pas être mis en service”, a déclaré Olaf Scholz lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre irlandais Micheal Martin, ajoutant que le dossier allait être “réexaminé” par le gouvernement allemand.

6214c6df5ff4e9c74fc18668

PHOENIX / YOUTUBE

12h18 : Ce long tube de plus d’un millier de kilomètres doit approvisionner l’Allemagne en gaz russe. Pour ses détracteurs, le gazoduc accroîtrait durablement la dépendance énergétique européenne à l’égard de la Russie. Ce matin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait exigé l’arrêt “immédiat” du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2.

12h13 : L’Allemagne “suspend” l’autorisation du gazoduc Nord Stream 2, annonce le chancelier Olaf Scholz.

12h15 : Il est midi, voici un nouveau point sur l’actualité :

“Des troupes russes sont [entrées] sur le territoire ukrainien”, a annoncé le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Suivez notre direct.

• Marine Le Pen suspend sa campagne de terrain pour concentrer ses efforts sur l’obtention des 500 parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle.

•Le policier soupçonné d’avoir tué sa compagne à Paris a été arrêté “sans incident”, a annoncé Gérald Darmanin. Recherché depuis fin janvier, il s’est rendu à la gendarmerie et a été placé en garde à vue.

• Olivier Véran a esquissé pour la première fois les critères qui pourraient être retenus par le gouvernement pour la levée du pass vaccinal.

11h59 : Ces traités prévoient que l’armée russe interviennent dans les territoires séparatistes prorusses pour y “maintenir la paix”. La Douma a également ratifié les deux décrets qui reconnaissent l’indépendance de ces territoires.

11h55 : Les députés russes ont approuvé l’accord signé par Vladimir Poutine, prévoyant que Moscou défende les territoires séparatistes d’Ukraine dont il a reconnu l’indépendance.

We want to thank the writer of this short article for this remarkable web content

Crise Russie-Ukraine : Vladimir Poutine reconnaît la souveraineté des séparatistes prorusses sur l’ensemble des régions de Lougansk et Donetsk

Travors