DIRECT. Le rapport du Giec est “un rappel que la crise climatique nous menace tous”, affirme le chef de la diplomatie américaine

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #CLIMAT

14h03 : Il est 14 heures, voici le point sur l’actualité :

• Le Giec publie ce midi un nouveau rapport sur les conséquences du réchauffement climatique, “un terrible avertissement sur les conséquences de l’inaction”. Franceinfo vous en résume les grandes lignes dans cet article. Vous pouvez également suivre les réactions en direct.

• Les négociations entre la Russie et l’Ukraine ont débuté ce midi. “La question-clé est un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes du territoire ukrainien”, a déclaré la présidence ukrainienne dans un communiqué. Suivez notre direct.

• Les Français encore présents à Kiev peuvent quitter la capitale ukrainienne en guerre par la route car il y a une “opportunité”, mais sans garantie de sécurité, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

• Depuis ce matin, le masque n’est plus obligatoire dans les lieux soumis au pass vaccinal. Dans cet article, nous revenons sur ces derniers assouplissements.

13h53 : Pour répondre à @pimaco, la différence avec la crise climatique actuelle et les changements climatiques passés, c’est la rapidité à laquelle se produit ce changement, ce qui rend impossible pour de nombreuses espèces (végétales et animales) de s’adapter

13h53 : @pimaco..Évidemment que l’humanité a déjà connu des réchauffements climatiques ou des périodes de glaciation mais comparons ce qui est comparable ! Les crises climatiques que vous évoquez se sont déroulées progressivement sur des centaines d’années et non en moins d’un siècle et c’est là rapidité du changement climatique qui pose aussi problème aujourd’hui ..

13h53 : Dans les commentaires, @Isa de Fabisa et @nerakooly complètent ma réponse de tout à l’heure sur le caractère inédit du changement climatique que nous connaissons. Merci à eux !

13h52 : C’est “un rappel que la crise climatique nous menace tous (…) Il démontre également pourquoi la communauté internationale doit continuer de prendre des mesures climatiques ambitieuses, alors même que nous faisons face à d’autres défis mondiaux impérieux.”

Le chef de la diplomatie américaine réagit à son tour à la publication du rapport du Giec.

13h32 : Malheureusement je pense que ce rapport sera une nouvelle fois bien vite oublié, on connaît le réchauffement climatique depuis les années 1972, et c’est une question internationale depuis le sommet de la terre en 1992. Pourtant pas grand chose n’est fait, et on se dirige vers un monde a +3 degrés au mieux… Ce qui signifie le fin des glaciers sois 3500m, un changement de végétation très important en France, des hivers de 1mois plus court, et des années sans hivers, ce qui est évidemment catastrophiques pour les cultures et les réserves en eaux, qui ont besoins d’hiver frais et humide. Arrêtons de dire que c’est une bonne chose d’avoir plus chaud, ça veut dire des étés a 48-49 (on a déjà vu 46…) Quasiment plus de gelées, or c’est important pour certaines plantes et animaux. Bref cette génération connait déjà de nombreux défis, crise sociale, pandémie, maintenant au bord de la guerre nucléaire et l’effondrement de la biodiversité et le réchauffement climatique. Qu’on ne dise pas que nous sommes des privilégiés. Car nous devons et allons devoir vivre avec les conséquences des négligeances et les inactions des générations précédentes… Un milenial

13h32 : S’occuper du climat, c’est aussi s’occuper d’éventuelles futures pandémies et prévenir des guerres

13h32 : bien d’accord avec vous Thomas le Climat n’est pas moins important malgré cette guerre. D’ailleurs derrière cette guerre militaire se profile la guerre de l’énergie. Le développement des énergies vertes a une grosse vertu: elles sont locales donc sans dépendance géopolitique…

13h32 : Et revoilà un rapport du GIEC alarmiste… qui tombe en pleine crise géopolitique grave… donc que personne “n’entendra”. Je ne sais pas qui du climat ou de la guerre aura notre peau, mais il est peu probable que ça s’améliore dans tous les cas…

14h08 : Le rapport du Giec continue de vous faire réagir dans les commentaires. Certains d’entre vous font le lien avec la situation géopolitique.

14h08 : Bonjour @Pimaco. Comme l’a rappelé le Giec dans le premier volet de son sixième rapport, sorti en août, les concentrations de CO2 dans l’atmosphère sont sans précédents depuis 2 millions d’années. Le changement que nous vivons, provoqué par nos activités, n’a donc rien à voir avec ce que vous décrivez. Par ailleurs, le deuxième volet sorti ce matin est très clair : nous ne pourrons pas nous adapter à n’importe quel niveau de réchauffement. On peut garder espoir, mais il faut agir, et vite. Ce que nous ne faisons pas à l’heure actuelle.

13h26 : Certes, nous allons vivre un profond bouleversement climatique dans les prochaines années. C’est déplorable mais arrêtons le catastrophisme ! Voici 30.000 ans nos ancêtres cro-magnons ont vécu un réchauffement climatique bien plus conséquent (la grotte Cosquer à Marseille en est une preuve flagrante puisque son entrée se situe une trentaine de mètres sous la surface), avec moins de moyens pour survivre. De nombreuses espèces de l’époque ont disparu et l’environnement s’en est trouvé à jamais transformé. Mais la terre a continué de tourner et la race humaine a prospéré. Donc, gardons l’espoir et adaptons nous !

13h09 : Bonjour @Aurel. Je n’ai pas l’impression que franceinfo sous-traite les autres actualités 🙂 Par ailleurs, vous ne devriez pas vous “foutre” du climat, qui a un impact négatif sur tous les sujets que vous décrivez. A moins de décider de quitter cette terre dans les années qui viennent et de ne pas avoir d’enfants ou de petits-enfants. Pas sûr que ceux qui vivront les conséquences violentes de ce changement dans les décennies à venir soient de votre avis (sans parler de ceux qui souffrent déjà du réchauffement climatique) !

13h08 : On s’en fout un peu du climat en ce moment, il ya beaucoup d’autres choses à faire passer avant….Guerre, virus, insécurité, justice, pouvoir d’achat… L’écologie c’est bien mais bon…

12h47 : “Incendies, canicules, sécheresses, inondations, montée du niveau de la mer : les preuves sont là et appellent à une transformation rapide en profondeur de notre économie et de la société. Les dirigeants ne peuvent plus fermer les yeux et doivent réagir !”

Dans un communiqué, WWF France réagit à ce nouveau rapport du Giec.

13h50 : Bonjour @Mel. Dans ce rapport, le Giec évoque des pistes pour s’adapter au réchauffement climatique. Il souligne par exemple la nécessité absolue de protéger les espaces naturels. Les options pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre – sortie des énergies fossiles, changement des pratiques agricoles… – seront l’objet du prochain rapport, qui sera rendu dans un mois. Et si vous souhaitez agir à votre niveau, je vous présentais quelques pistes dans cet article publié en novembre.

12h42 : Bonjour FI, Je crois qu’on est déjà au max de l’angoisse et de l’impuissance entre 2 ans de covid et une guerre en Europe. Le réchauffement climatique est vraiment très dur à encaisser aujourd’hui. Est ce que le GIEC propose des idées, projets concrets pour diminuer le réchauffement ou est ce que vous avez des liens, des infos pour donner aux personnes qui vous lisent un peu l’impression peut faire quelque chose dans ce monde? Un grand merci 🙏

13h49 : Le processus d’approbation de ce nouveau rapport a d’ailleurs été perturbé par la guerre en Ukraine. “L’équipe d’Ukraine a été très présente dans la première partie des discussions mais elle a dû ensuite s’enfuir”, explique l’un des auteurs, Wolfgang Cramer. Malgré ce contexte pesant, la délégation ukrainienne a “souligné que le mieux que le Giec puisse faire, c’était de continuer son travail”, ajoute le chercheur.

12h30 : Résumons nous: nous sommes en pleine pandémie, à deux doigts d’une guerre nucléaire pendant que le climat part en digue-digue. Et malgré tout ça, on espère !

12h30 : On entend bien l’urgence climatique et l’alerte du GIEC, mais comment trouver un accord climatique quand une guerre est déclarée et des stock pétroliers et gazoducs sont en flammes… Il serait aussi intéressant de savoir (une fois la paix revenue) quel aura été l’impact environnemental de la guerre !

12h30 : J’ai connu la canicule de 1976,j’etais jeune 😊celle de août 2003 m’a fait très mal, j’ai souffert d’apnée nocturne pendant longtemps, depuis je stresse quand il fait trop chaud et j’ai pas besoin des scientifiques pour m’en apercevoir,je vois le changement climatique tous les jours, j’espère que santé me préservera et vivre encore une vingtaine d’années 😉bonne journée☀ à vous !..

13h48 : La publication d’un nouveau rapport du Giec vous fait réagir dans les commentaires.

13h48 : Dans ce second article, je vous détaille d’ailleurs les conséquences du réchauffement climatique pour la France, dans l’Hexagone comme dans les territoires d’outre-mer. Montée des eaux, pertes agricoles, sécheresse, vague de chaleur… La liste est (très) longue.

(NICOLAS TUCAT / AFP)

12h24 : Bonjour @12 à ma porte. Attention, ce chiffre de 1 ou 2 degrés de réchauffement est une moyenne mondiale, il ne faut pas l’additionner aux températures que vous connaissez. Les montagnes sont particulièrement menacés par ce changement : fonte des glaciers et manque d’eau, fonte du pergélisol et éboulement, manque de neige pour les activités économiques comme le ski, perte de biodiversité…

12h24 : Moi, ça me va tres bien qu’il y ait 1 ou 2 degres de plus dans mes montagnes. Je suis très frileux.

13h46 : “Les demi-mesures ne sont plus une option.”

En conférence de presse, le président du Giec appelle à des mesures fortes.

13h46 : “Tout retard signifie la mort (…) Chaque fraction de degré compte.”

Le secrétaire général de l’ONU insiste sur les risques pour l’humanité que fait peser le réchauffement climatique.

13h46 : Il est midi passé de quelques minutes. Voici un nouveau point sur l’actualité de ce lundi :

La délégation ukrainienne est arrivée sur le site de négociations avec la Russie en Biélorussie. “La question-clé est un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes du territoire ukrainien”, a déclaré la présidence ukrainienne dans un communiqué. Suivez notre direct.

Un nouveau Conseil de défense et de sécurité national se tient ce matin, depuis 11 heures, à l’Elysée, présidée par Emmanuel Macron. A 15 heures, le chef de l’Etat recevra la présidente géorgienne, Salomé Zourabichvili, pour discuter des enjeux de stabilité régionale et poursuivra, à 17h30, avec une visioconférence entre alliés et partenaires européens (avec des chefs d’Etat et de gouvernement allemand, canadien, américain, italien…).

Le Groupe d’experts international sur le climat (Giec) a publié ce midi le deuxième volet de son sixième rapport. Ce document s’intéresse dans le détail à la question des effets concrets du réchauffement climatique. Suivez notre direct.

• Depuis ce matin, le masque n’est plus obligatoire dans les lieux soumis au pass vaccinal. Dans cet article, nous revenons sur ces derniers assouplissements.

13h41 : Première réaction à ce rapport : le patron de l’ONU. Ce rapport du Giec “est un recueil de la souffrance humaine et une accusation accablante envers l’échec des dirigeants dans la lutte contre les changements climatiques”, a déclaré Antonio Guterres, pointant du doigt une “abdication de leadership criminelle”.

12h03 : “Les preuves scientifiques sont sans équivoque : le changement climatique est une menace pour le bien-être de l’humanité et la santé de la planète. Tout retard dans la mise en œuvre d’une action concertée, globale et anticipée en faveur de l’adaptation et l’atténuation nous fera rater la courte fenêtre d’opportunité, qui se referme rapidement, pour garantir un avenir vivable et durable pour tous.”

Les scientifiques insistent enfin sur la nécessité d’agir rapidement.

12h03 : Le Giec insiste aussi sur la nécessité absolue de protéger les écosystèmes et la biodiversité, qui jouent un rôle pour limiter le changement climatique et s’adapter à ses effets. Selon leurs estimations, basées sur la littérature scientifique publiée, cela passe par la protection efficace de 30 à 50% des terres, des cours d’eau et des océans.

13h39 : Face à cette situation, l’humanité peut en partie s’adapter. Mais pas à au-delà d’un certain seuil de réchauffement. “Ce rapport montre clairement qu’assurer un développement résilient au changement climatique [qui intègre des mesures d’adaptation et d’atténuation équitables pour tous] est déjà difficile au niveau actuel de réchauffement, écrit le Giec. Cela sera encore plus compliqué s’il dépasse 1,5 °C. Dans certaines régions, ce sera impossible s’il dépasse 2°C”. A l’heure actuelle, les promesses des Etats (qui ne sont pas encore tenues) nous conduisent vers un réchauffement de 2,7 °C.

12h02 : Dans cet article, je vous résume les messages clés de ce nouveau rapport. Le Giec rappelle d’abord que le réchauffement climatique fait déjà des dégâts – sur notre santé, nos sociétés et sur les écosystèmes – et que la situation va s’aggraver. “Nous n’en sommes qu’au début”, avertit Gonéri Le Cozannet, chercheur au Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM) et l’un des auteurs du texte.

12h01 : “Ce rapport montre que le changement climatique est une menace grave et croissante pour notre bien-être et la santé de cette planète. Nos actions aujourd’hui détermineront comment l’humanité et la nature s’adapteront aux risques climatiques croissants.”

13h38 : Ce texte est le deuxième volet du sixième rapport du Giec. Un premier volet, consacré à l’évolution du climat, a été publié en août. Celui-ci se concentre sur les effets du réchauffement sur nos sociétés et sur les écosystèmes. Il aborde également les moyens de s’y adapter. Un troisième et dernier volet, sur les solutions pour diminuer le réchauffement, sera publié début avril.

12h00 : Le Giec publie un nouveau rapport sur les conséquences du réchauffement climatique, “un terrible avertissement sur les conséquences de l’inaction

13h21 : Et pour suivre la conférence de presse qui accompagnera la publication à midi de ce nouveau volet du rapport du Giec, cela se passe ici, sur la chaîne YouTube du Giec.

10h48 : Il y a quelques mois, à l’occasion de la COP26, à Glasgow, mes collègues et moi-même avions interrogé des Français qui subissaient déjà les conséquences du réchauffement climatique dans leur activité professionnelle. Je profite donc que le Giec se penche sur cette question pour vous partager à nouveau ces témoignages. De la monitrice de ski à l'agriculteur, cinq professionels témoignent pour franceinfo des conséquences du réchauffement climatique sur leur vie. (JESSICA KOMGUEN / FRANCEINFO)

10h45 : Le Groupe d’experts international sur le climat (Giec) publie aujourd’hui, à midi, le deuxième volet de son sixième rapport. Ce document s’intéresse dans le détail à la question des effets concrets du réchauffement climatique. A cette occasion, le site spécialisé Reporterre a publié une série de reportages à la rencontre de personnes qui en subissent déjà les effets. Un tour du monde alarmant qui passe notamment par la France et la Belgique.

09h06 : Après deux semaines de négociations en ligne, le Giec dévoile le “résumé pour les décideurs”, sorte de condensé politiquement sensible des milliers de pages du rapport scientifique élaboré par 270 chercheurs de 67 pays. Ce rapport “va étayer les politiques internationales et nationales pour les prochaines six ou sept années”, d’ici le prochain cycle d’évaluation du Giec, a relevé Stephen Cornelius, observateur des négociations pour l’ONG WWF.

09h05 : Cet audience survient alors que doit paraître ce midi le deuxième volet du sixième rapport du Giec, consacré aux conséquences du réchauffement climatique. La planète a “gagné” en moyenne environ 1,1 °C depuis l’ère pré-industrielle, une hausse des températures moyennes qui s’accompagne d’événements météo extrêmes de plus en plus fréquents. Dans le premier volet de leur rapport publié en août dernier, les experts du Giec estimaient que le mercure atteindrait autour de 2030 – soit dix ans plus tôt qu’escompté – le seuil de +1,5 °C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris.

09h04 : Quand le climat se retrouve entre les mains de la Cour suprême des Etats-Unis. Une audience cruciale se tient aujourd’hui pour se pencher sur la capacité de l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) à réguler l’émission de gaz à effet de serre des centrales à charbon du pays (qui produisent près de 20% de l’électricité aux Etats-Unis). Les Etats les plus dépendants économiquement des industries fossiles, ainsi que les entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre, tentent de limiter les prérogatives de l’agence environnementale, comptant pour cela sur les trois juges conservateurs entrés à la Cour suprême pendant le mandat de Donald Trump.

We wish to thank the author of this write-up for this remarkable content

DIRECT. Le rapport du Giec est “un rappel que la crise climatique nous menace tous”, affirme le chef de la diplomatie américaine

Travors