Guerre en Ukraine : Alexis Corbière a-t-il révélé en direct une information secret-défense ?

Alerte résultats élection

Les résultats des premier et second tours pour votre localité, ainsi que l’actualité politique, directement dans votre boîte mail.

Interrogé ce mercredi sur les armes françaises envoyées en Ukraine, le député La France Insoumise de la Seine-Saint-Denis Alexis Corbière en a semble-t-il dit un peu trop sur le plateau de FranceInfo. « Il y en a très peu. Vous parlez des armes françaises, franchement c’est des gilets pare-balles et quelques missiles antichars… », a-t-il avancé. Or ces détails sont censés rester confidentiels, l’armée française se refusant à communiquer sur le sujet.

Manifestement mal à l’aise face aux journalistes qui lui faisaient remarquer que ces informations étaient classées secret-défense, Alexis Corbière a tenté de se rattraper. « Je siège à la commission de Défense et armée. (…) Je n’en sais rien mais ça peut ressembler à ça, a-t-il répété. De toute manière, c’est au gouvernement français de vous dire les choses. »

A-t-il pour autant révélé des éléments qui n’auraient pas dû sortir de l’Assemblée nationale ? Si les parlementaires sont soumis à un devoir de réserve imposant de ne pas trahir auprès du grand public une information qui relève du secret-défense militaire, impossible de dire en l’état d’où Alexis Corbière tient ces éléments, sortis dans la presse ces dernières heures.

Le député en a d’ailleurs fait sa ligne de défense, après l’émission. « Selon des journalistes, j’aurais violé le secret-défense. Faux, a-t-il réagi sur Twitter. Aucun parlementaire n’est d’ailleurs habilité secret-défense. Je n’ai accès à aucune information confidentielle. L’Élysée, le haut-commandement se sont exprimés. Lisez la presse, comme moi ! » En lien, un article d’Europe 1 évoquant la nature des armes que la France aurait effectivement fournies à l’Ukraine.

Attaqué par Fabien Roussel, le candidat communiste à la présidentielle, qui lui reprochait de « communiquer des informations secret-défense », Alexis Corbière a ensuite répété qu’il n’avait fait que relayer des informations lues dans les médias. « Ce que j’ai dit ce matin était banalement déjà dans la presse. Je ne dispose d’ailleurs d’aucune information secret-défense, et tu devrais le savoir… »

Reste que la France veille à tenir secrètes toutes informations sur ses livraisons d’armes à l’Ukraine. Tout au plus Paris avait-elle déclaré fin février participer à « la livraison additionnelle d’équipements défensifs aux autorités ukrainiennes, ainsi qu’un soutien en carburant ». L’Union européenne avait de son côté indiqué envoyer 450 millions d’euros à l’Ukraine pour que celle-ci dispose d’ « armes létales, ainsi que du carburant, des équipements de protection et des fournitures médicales ».

« Pas responsable », selon Gabriel Attal

Interrogé sur le sujet ce mercredi matin, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a sévèrement taclé Alexis Corbière. « Si nous avons fait ce choix en responsabilité de ne pas communiquer en matière publique sur les équipements, c’est pour une bonne raison », a-t-il déclaré lors d’un point presse. « Nous considérons que communiquer sur ce que nous envoyons à l’Ukraine, (…) c’est communiquer à la Russie ce qui manque à l’Ukraine dans cette guerre », a-t-il aussi pointé.

Gabriel Attal a par ailleurs détaillé la manière dont les parlementaires sont mis au courant du dossier ukrainien. La semaine dernière, s’est ainsi tenue une réunion à huis clos avec la commission de Défense de l’Assemblée nationale où le directeur de la communication de la ministre des Armées a informé les participants de la liste des équipements fournis. « Qu’un député membre de cette commission se permette de relayer des informations communiquées dans le cadre de cette réunion, ce n’est pas responsable, a dénoncé Attal. Par ailleurs, c’est fait dans des conditions de légèreté et d’approximation soutenues. J’appelle à la responsabilité. Il en va de la sécurité des Ukrainiens. »

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, a lui aussi lancé un appel similaire dans la matinée. « Je vous demande de ne pas partager d’information concernant les livraisons d’armes par d’autres pays au nôtre », écrit-il sur Twitter.

We would like to say thanks to the author of this post for this incredible material

Guerre en Ukraine : Alexis Corbière a-t-il révélé en direct une information secret-défense ?

Travors