L’énergie solaire des lunettes noires

Comment redescendre avec élégance du piédestal où elles placent, le temps d’une parenthèse radieuse, leur propriétaire en mystérieuse statue antique au regard impénétrable ? C’est la délicate question que soulèvent les lunettes noires une fois retirées, repliées. Les yeux nus comme des vers et leur expression délicate à la merci de tous, en prise directe avec un réel sans aucun filtre, cherchent une contenance et surtout un port d’attache sécurisé, sérieux et stylé pour ces solaires soudainement sans fonction. Redevenues un objet encombrant, elles peuvent malgré tout continuer à se rendre utiles, en attirant l’attention.

Accessoire à l’iconographie inégalable réunissant un large spectre de la pop culture sur une même photo de classe, objet de luxe ostensible et relativement accessible, les lunettes noires cumulent un nombre de qualités qui, rapportées à leur petite taille, en font un allié redoutable. Quand vient le moment de s’en défaire, pour bronzer sans marques ou pénétrer dans une pièce sombre, reste à leur détenteur de nombreuses possibilités, toutes connotées en fonction de la période de l’année, de l’heure, du lieu, du milieu, des circonstances et de la position sociale… Chacun étant parfaitement libre de voir midi à sa porte, examinons les différentes options sous leur meilleur profil, celui qui fait basculer une attitude anodine en discrète démonstration de style.

Façon diadème, chaînette ou poche poitrine

Remontées sur la tête, façon diadème : ce geste a eu son heure de gloire dans les années 1980, quand bombes de laque et coupes mi-longues ou courtes pactisaient pour offrir aux femmes un power look chic, fun, presque rebelle. Lady Diana vient à l’esprit, mais ce n’est là qu’un exemple. Attachée à une chaînette, l’étiquette « tricot-devant-Des-Chiffres-et-des-lettres » a de quoi faire frémir. Si son kitsch est aujourd’hui fort apprécié, c’est que les stars du moment et étoiles d’Instagram – réseau où le simple mot-clé sunglasschain cumule des dizaines de milliers d’images – lui trouvent un côté bling authentique, une allure funk, comprise entre Sly Stone, Pam Grier et Prince.

Lire aussi De Giorgio Moroder à Pharrell Williams, pleins feux sur les lunettes à verres fumés

Enfin, à la paire de lunettes qui pendouille, vite accrochée au col d’un tee-shirt déformé ou à une grossière chaîne dorée, et qui fixe un imaginaire peu rutilant fait de Jet-Ski et de toisons velues, on préférera un geste simple mais efficace. Glissée dans la poche poitrine d’une chemise, verres à l’intérieur et branche sortie tel un clip qui s’accroche au tissu. Cachée mais siglée. Tout un art, faussement négligé.

Lunettes de soleil Miu Miu Manière, en métal et strass, Miu Miu Eyewear, 320 €.
Lunettes de soleil papillon Medusa Biggie, en métal et plastique injecté, Versace, 240 €.
Lunettes de soleil en acétate, Celine par Hedi Slimane, 250 €.
Lunettes de soleil Pretty Heart, en métal rose doré, Fred, 650 €. Soutien-gorge Achille, Eres.
Lunettes de soleil oversize, en métal, accompagnées d’une chaîne, Gucci Eyewear, 440 €.

We would like to say thanks to the author of this short article for this incredible material

L’énergie solaire des lunettes noires

Travors