Tout pour comprendre l’enfant qui boude, et les bonnes phrases à lui dire ! – COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS

L’enfant qui boude…. Il laisse perplexe, il exaspère, et il nous laisse souvent démuni ! Je lui avais dit “Attends deux secondes, je finis de parler et je suis à toi”, et, vexé par ma réflexion, il est parti bouder…. C’est vrai que j’avais formulé ça un peu sèchement, en l’écartant d’un revers de la main. 

  • Excuse moi Loulou, je ne voulais pas te vexer. C’est juste que j’ai du mal à parler à deux personnes en même temps, mais maintenant que j’ai fini ma discussion, je suis tout à toi.” 
  • “ C’est trop tard !”
  • Comme tu veux, en tout cas, sache que si tu as besoin de moi, je suis là”. 

 

Mais pourquoi notre enfant se met-il à bouder ? Parfois, il est vraiment vexé par la situation et plutôt que de verbaliser, il préfère bouder pour montrer son mécontentement. Si on comprend les raisons de sa réaction, une bonne chose à faire est simplement de lui expliquer le sens de notre attitude (“Ce n’est pas contre toi, mais j’ai du mal à parler à deux personnes en même temps”), et de s’excuser si on lui a fait de la peine, car tel n‘était pas notre intention (“Excuse moi loulou, je ne voulais pas te vexer”). Enfin, lui dire que nous sommes là s’il veut parler ou faire un jeu par exemple (“Sache que si tu as besoin de moi, je suis là”). 

 

Face à l’enfant qui boude : L’IMPORTANT en tant que parent est de ne PAS culpabiliser ! 

 

Notre intention n’était pas négative, notre enfant aussi a le choix de réagir en boudant ou pas. De notre côté, on a fait du mieux que l’on pouvait à cet instant, on s’est excusé de l’avoir fâché car tel n’était pas notre intention, on lui montre que l’on est ouvert à la discussion. Le fait que notre enfant boude ne fait pas de nous un mauvais parent ! 

Le truc à éviter (je parle d’expérience), c’est de se plier en 4 pour que l’enfant arrête de bouder. Honnêtement, quand je fais la tronche, ce n’est pas en me disant “Allez, arrête, souris !” que je vais arrêter ! Au mieux, le supplier d’arrêter va empirer sa mauvaise humeur. Au pire, ça va lui faire comprendre l’efficacité du stratagème pour obtenir ce qu’il veut. Pas bête, la guêpe !

Il boude, soit. On s’est excusé, on a expliqué. Il a le droit de s’exprimer. On le laisse donc si c’est ce qu’il souhaite, et on revient pour prendre la température, et pour l’aider à trouver une issue à cette mauvaise humeur, on peut tenter une approche après quelques minutes : “On commence un jeu avec ta sœur, tu veux venir jouer avec nous ?”. Et si c’est non, c’est non. On n’en fait pas un fromage. 

 

La situation dépend aussi du tempérament de l’enfant qui boude. Avec notre aînée, c’est différent. Les rares fois où elle boude, elle a plutôt tendance à le faire de façon volontaire/réfléchie pour obtenir quelque chose de notre part. J’aime alors utiliser l’humour, la regarder droit dans les yeux et lui faire des mimiques qui la font exploser de rire ! Une façon pour moi de lui dire “Je sais que cela ne te ressemble pas de bouder, je t’ai démasquée, allez on arrête, et on joue ensemble !”. Avec elle, ça marche bien. Mais attention à ce que votre enfant ne prenne pas la mouche : certains trouveront que vous ne les prenez pas au sérieux, ce qui risque de les blesser encore davantage.  

 

L’enfant qui boude : une façon de montrer son mécontentement

 

Les plus grands qui boudent le font souvent parce qu’ils ont l’impression que le dialogue n’arrangera rien à leur affaire, ou que de toute façon ses parents ne l’écouteront pas, ou ne seront pas ouverts à la discussion. Bouder, c’est alors montrer son mécontentement… et aussi un peu embêter ses parents ! 

 

Notre enfant a besoin de se sentir écouté, de sentir que ses parents prennent en compte ses besoins et lui veulent du bien. Or parfois, quand on refuse une demande à notre petit (“Je n’ai pas le temps de jouer avec toi”) ou à notre grand (“Tu ne sors pas ce soir”), on ne prend pas le temps d’expliquer notre décision. C’est l’incompréhension qui crée la frustration. Cela vaut alors le coût d’ouvrir le dialogue pour mieux comprendre pourquoi notre enfant ressent cette frustration, et pour donner plus de sens à nos refus, que lui peut vivre comme une injustice. 

  • T’es pas content parce que je ne t’ai pas permis de sortir ? Pourquoi cela t’embête autant que cela ?
  • Parce que moi j’ai rien fait de mal et je vois pas pourquoi j’ai pas droit de sortir, tous mes copains, ils sortent ! C’est injuste…
  • Je comprends, c’est vrai que nous sommes inquiets de te voir sortir tout le temps, on ne sait pas trop ce que tu fais, et on a peur que cela devienne une habitude. Ce n’est pas parce que l’on a envie de t’embêter. Mais discutons-en, on pourrait peut-être trouver une solution ensemble. 

 

Parfois, l’enfant qui boude le fait car il pense simplement qu’on ne l’écoutera pas. C’est alors le moment de l’écouter pour de vrai, c’est-à-dire de pratiquer l’écoute active !

 

D’autres enfants, souvent plus grands, boudent de façon “chronique”. Ils ne se sentent pas écoutés, ou ont l’impression de se faire critiquer lorsqu’ils s’expriment. Une façon de dire “Et bien puisque personne n’en a rien à faire de moi, ou trouve que ce que je dis est nul, je ne parle plus !”. Derrière cette attitude mutique se cache peut-être le désir que ses parents viennent vers lui pour lui dire : “Tu sais je t’aime beaucoup, et je vois qu’il y a quelque chose qui ne te rend pas heureux. Je suis disponible pour en parler avec toi, et voir ce que l’on pourrait faire pour que cela aille mieux” 

 

Faisons de notre mieux, et il appartient à notre enfant d’accepter l’écoute que nous lui proposons, ou de continuer à bouder. A nous l’accepter 🙂

We would like to say thanks to the writer of this post for this incredible content

Tout pour comprendre l’enfant qui boude, et les bonnes phrases à lui dire ! – COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS

Travors