Après l’offensive de Vladimir Poutine en Ukraine, l’Europe met en œuvre des sanctions graduelles contre la Russie

Le souci d’agir vite a primé sur celui de frapper de façon massive : les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne (UE) ont acté, mardi 22 février à Paris, le principe d’un nouveau train de sanctions à l’égard de la Russie, après la reconnaissance, annoncée la veille par le président Vladimir Poutine, des deux républiques séparatistes du Donbass et l’envoi de troupes russes dans ces territoires situés dans l’est de l’Ukraine. Les Européens ont condamné sans réserve ces décisions prises en violation du droit international. Il leur fallait traduire sans tarder leur colère en actes concrets, en étroite concertation avec les Etats-Unis.

Les dernières informations en direct : la Russie évacue son personnel diplomatique

Ces représailles touchent à la fois des individus, interdits de visa dans l’UE, où leurs avoirs seront gelés, et différentes activités dans les républiques autoproclamées de Louhansk et de Donetsk, et en Russie. Les 351 élus de la Douma – le Parlement russe – qui ont voté en faveur de la reconnaissance de ces régions séparatistes sont visés. Vingt-sept personnalités ou entités sont elles aussi sanctionnées pour leur rôle dans la violation de l’intégrité de l’Ukraine.

Lire aussi Crise en Ukraine : sanctionner vigoureusement le pouvoir russe

Il s’agit, a précisé Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les relations extérieures, de frapper « les acteurs du secteur de la défense qui jouent un rôle dans l’invasion » du pays, « ceux qui ont lancé une campagne de désinformation contre l’Ukraine » et « les banques qui financent les responsables russes et d’autres opérations dans ces territoires » du Donbass. Il a été également décidé d’entraver la capacité de la Russie à accéder aux marchés de capitaux et services financiers européens, en particulier pour refinancer sa dette.

Les décisions ont été prises peu après que l’Allemagne a annoncé sa décision de suspendre l’autorisation du gazoduc Nord Stream 2. Un geste très attendu par les capitales qui prônaient, à l’instar des pays d’Europe centrale et orientale, l’adoption d’un large paquet de sanctions afin de dissuader Vladimir Poutine d’amplifier encore son offensive.

« L’impact sera plus fort pour la Russie que pour l’UE »

« C’est une situation très dangereuse et l’UE doit agir en fonction. Changer les frontières par la force est quelque chose qui n’a pas sa place en Europe au XXIe siècle », indique, au Monde, le chef de la diplomatie tchèque, Jan Lipavsky : « Le président russe et ses proches semblent de plus en plus ancrés dans l’héritage de la période soviétique. »

Les Européens ont d’autant plus privilégié une approche graduelle qu’ils craignent de devoir bientôt renforcer leur arsenal de sanctions, si Vladimir Poutine lançait une vaste opération militaire contre le reste de l’Ukraine, au-delà des républiques séparatistes du Donbass. « Nous disposons ainsi de réserves de sanctions si d’aventure la Russie voulait aller plus loin », a justifié le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, tout en annonçant que le rendez-vous prévu vendredi avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, était annulé. De l’avis général, c’est désormais la définition donnée à la question des frontières du Donbass qui orientera la suite. Ainsi que l’attitude de la Russie à cet égard.

Il vous reste 52.16% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to thank the writer of this post for this awesome content

Après l’offensive de Vladimir Poutine en Ukraine, l’Europe met en œuvre des sanctions graduelles contre la Russie

Travors