Aux Etats-Unis, des livres renvoyés de l’école

Par Raphaëlle Besse Desmoulières

Publié aujourd’hui à 02h46

Mary Ellen Cuzela s’approche du pupitre en bois. Au micro, sa voix est parfaitement calme, mais une colère froide l’anime. Cette habitante de Katy, dans la banlieue de Houston (Texas), aux Etats-Unis, fait face aux membres du conseil d’école dont ses enfants dépendent. C’est une réunion de routine, une parmi d’autres, un soir de novembre 2021, mais, pour elle, c’est enfin l’occasion de se faire entendre. « Nous avons besoin de votre aide et d’un plan d’action immédiat pour nettoyer les livres obscènes, vulgaires et pornographiques qui se trouvent actuellement dans les bibliothèques » des établissements du district, lance-t-elle. Dans sa main droite, Me and Earl and the Dying Girl, de Jesse Andrews, que les lycéens de Katy peuvent trouver dans leurs écoles.

Un roman où deux copains de terminale bidouillent un film pour une amie atteinte d’un cancer. « Je veux savoir comment ce livre a été approuvé et qui l’a approuvé », intime Mary Ellen Cuzela. Elle ouvre le livre, trouve la page qu’elle avait préalablement sélectionnée et lit quelques extraits, dont un dialogue entre les deux jeunes qui parlent de « bouffer de la chatte », avant que le narrateur note qu’il arrive souvent à l’un d’eux d’être « vraiment grossier ». Elle n’ira pas plus loin, l’affaire est entendue pour elle. « Et ce n’est qu’un seul livre. Il y en a plusieurs centaines que nous devons vérifier dans nos bibliothèques », conclut-elle, sous les applaudissements.

Ce qui peut être lu – ou pas

La scène, filmée, a fait le tour des médias. La stratégie s’est avérée payante. En février, le conseil d’école avait retiré dix ouvrages, dont Me and Earl and the Dying Girl, sous prétexte de « vulgarité généralisée ». Texas, Arizona, Wisconsin, Colorado, Pennsylvanie, Floride, Illinois… Pas une semaine ne passe sans que la presse locale ou nationale ne se fasse l’écho d’un banned book, un livre supprimé d’un programme scolaire ou des rayonnages d’une école à la suite d’une plainte de parents. C’est une cancel culture à la sauce conservatrice. Sexe, identité sexuelle, genre, racisme, les prétextes sont multiples et les titres censurés nombreux, comme Beloved, de Toni Morrison, La Servante écarlate, de Margaret Atwood, All Boys Aren’t Blue, de George M. Johnson, ou encore La haine qu’on donne, d’­Angie Thomas.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, l’irrésistible tentation radicale des républicains

Quelle n’a pas aussi été la surprise du dessinateur de bande dessinée Art Spiegelman d’apprendre, en janvier, que son Maus, monument de la BD sur la Shoah, prix Pulitzer 1992, ne serait plus étudié par les élèves de 4e d’un collège du Tennessee. A l’unanimité, le conseil d’école a qualifié le contenu de « vulgaire » et d’« inapproprié » – pour huit gros mots et une image de femme nue. Dans le camp progressiste, les attaques existent aussi mais sont moins nombreuses. Le grand classique d’­Harper Lee, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, prix Pulitzer 1961, est ainsi régulièrement mis en cause ou proscrit pour « la mise en scène d’un personnage de “sauveur blanc” et la perception du vécu des personnes noires ».

Il vous reste 82.48% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to give thanks to the writer of this post for this amazing content

Aux Etats-Unis, des livres renvoyés de l’école

Travors