Etats-Unis : le genre neutre désormais disponible sur les passeports

Les Etats-Unis ont fait, depuis lundi 11 avril, un pas de plus vers la reconnaissance d’un genre neutre, ni masculin ni féminin. Toute personne faisant la demande d’un passeport dans le pays pourra désormais cocher la case « X », au lieu de choisir uniquement entre masculin et féminin. L’annonce a été faite par le département d’Etat, le 31 mars, à l’occasion de la Journée internationale de visibilité transgenre.

En concrétisant cette promesse faite à l’automne, le département d’Etat devient, selon un communiqué, la « première agence fédérale » américaine à proposer ainsi cette option sur un document officiel d’identité. Quelques autres pays autorisent une démarche similaire. L’Australie avait créé ce genre neutre en 2011. Depuis, le Pakistan, le Népal, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Allemagne ou encore l’Argentine ont suivi.

« Les personnes transgenres sont parmi les plus courageuses de notre pays. Mais personne ne devrait être courageux juste pour être soi-même », affirme la Maison Blanche dans un communiqué. Le département d’Etat avait déjà révélé, en octobre 2021, avoir délivré le premier passeport américain doté d’un « X » sous la mention « sexe », mais il ne s’agissait alors pas d’une démarche de routine.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, le Parti républicain relance son offensive contre les personnes transgenres

« Là, j’ai l’Etat qui dit qui je suis en tant que personne »

Parmi les premières personnes à remplir une demande pour ces nouveaux papiers d’identité de genre neutre, D. Ojeda place une croix dans la case marquée d’un « X », confirmant, sans avoir à le justifier, son changement de genre par rapport à son précédent passeport mentionnant un sexe féminin. D. – qui utilise les pronoms they et them en anglais, iel, en français et préfère être accordé au masculin – trouve ça « incroyable ».

Parce que si sa famille « ne reconnaît toujours pas » son identité, avec un tel document, « au moins l’Etat [la] reconnaît[ra] », dit D. à l’Agence France-Presse (AFP).

Ma famille, ils n’ont toujours pas compris. Ils n’utilisent toujours pas le prénom que je souhaite. Là, au moins, j’ai l’Etat qui dit qui je suis en tant que personne. Et, vous savez, je peux dire aux gens : “Voilà mes papiers, l’Etat me voit comme cela, et peut-être devriez-vous commencer à me regarder comme je suis”.

1,2 million de personnes non binaires aux Etats-Unis

La Maison Blanche a également annoncé une série d’initiatives devant faciliter les démarches administratives des personnes transgenres : une mise à jour des scanners corporels utilisés dans les aéroports pour prendre en compte les personnes non binaires et intersexes ; une simplification de nombreuses démarches administratives ; ou encore la création d’un site Web d’information sur la transition de genre, à destination des jeunes et de leurs parents.

« C’est un joli symbole de soutien [qui] va sûrement être significatif pour un petit nombre de personnes », salue, de son côté, Abeni Jones, autrice et artiste, dans une tribune publiée par le Washington Post. Toutefois, pour celle qui a « transitionné socialement, [fait inscrire le genre féminin sur son passeport] et subi une opération de la poitrine », il ne s’agit pas tout à fait d’une « avancée pour l’inclusion » dans une proportion telle que présentée par le département d’Etat. « Il y aurait une option plus simple, moins coûteuse et plus puissante : enlever la mention du sexe sur tous les passeports », avance Abeni Jones.

Environ 1,2 million de personnes se définissent comme non binaires aux Etats-Unis, selon une étude de l’université de Californie publiée en juin. Environ 16 700 d’entre elles, seulement, soit 1,4 %, seraient susceptibles de faire une demande pour un passeport de genre neutre, constate une étude de l’institut Williams, un think tank américain, relayée par le journal The Hill.

La question du genre parmi les plus clivantes

D. Ojeda a, de son côté, un permis de conduire de l’Etat de Virginie au genre neutre. Actuellement, vingt et un Etats et le district de Columbia autorisent ces permis. Mais les questions de genre et d’identité sont parmi les plus clivantes dans le pays. D’autres Etats, conservateurs, ont, eux, adopté des réglementations restrictives, notamment sur les soins à apporter aux mineurs transgenres, sur la pratique sportive, ou encore l’utilisation des toilettes.

Au Texas, des enquêtes ont été ouvertes contre des parents en application d’une directive controversée du gouverneur, qui assimile certaines procédures « de changement de sexe » pour mineurs à des « mauvais traitements » pénalement répréhensibles. Il cite des opérations chirurgicales mais aussi les traitements hormonaux. « L’administration [fédérale] condamne une nouvelle fois la prolifération d’attaques législatives dangereuses contre les personnes transgenres dans plusieurs Etats », lit-on dans le communiqué de la Maison Blanche.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Arkansas en guerre contre les personnes transgenres : « Partir était la meilleure solution pour protéger notre fils »

« Il est prouvé que ce type de loi stigmatise et met en danger le bien-être d’enfants transgenres » et « risque de créer de la discrimination et du harcèlement » contre leurs familles, affirme encore l’exécutif américain.

Le Monde et AFP

We wish to give thanks to the author of this article for this amazing content

Etats-Unis : le genre neutre désormais disponible sur les passeports

Travors