Guerre en Ukraine : Joe Biden interdit l’importation de pétrole russe

Joe Biden a décidé, mardi 8 mars, d’interdire l’importation de pétrole et de production énergétique russe, accentuant les sanctions américaines contre Moscou après l’invasion de l’Ukraine. « Les Etats-Unis ciblent la principale artère de l’économie russe », a annoncé le président lors d’une allocution à la Maison Blanche, signant un décret présidentiel alors que le Congrès s’apprêtait à voter une mesure similaire.

Les Etats-Unis donneront aux entreprises quarante-cinq jours pour résilier les contrats d’approvisionnement énergétique russe, a précisé la Maison Blanche. Le décret interdit tout nouvel investissement américain dans le secteur énergétique russe et empêche les Américains de financer des entreprises étrangères qui investissent dans le secteur. L’impact de la mesure sur les groupes pétroliers, comme TotalEnergies, qui ne se sont pas retirés de Russie reste à préciser. De nombreuses entreprises américaines comme Exxon s’étaient retirées spontanément au début du conflit.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés A contre-courant de nombreuses multinationales, de grandes entreprises françaises veulent rester en Russie

L’annonce de Joe Biden est un signal fort, qui a provoqué un rebond des cours du brut, le baril coté au Texas dépassant les 125 dollars (114,8 euros). Cette décision unilatérale prise sans les alliés européens, sous contrainte politique intérieure, met une pression supplémentaire sur le Vieux Continent pour qu’il renonce à l’énergie russe, dont il est massivement dépendant, à l’exception notable des Britanniques, qui ont emboîté le pas aux Américains.

« Franchir cette étape là où d’autres ne le peuvent pas »

M. Biden a dû reconnaître que « nombre de [leurs] alliés et partenaires européens pourraient ne pas être en mesure de [les] rejoindre. Les Etats-Unis produisent beaucoup plus de pétrole sur leur territoire que tous les pays européens réunis. Nous pouvons donc franchir cette étape là où d’autres ne le peuvent pas ». Le président a précisé qu’il travaillait avec les Européens « pour réduire leur dépendance vis-à-vis de l’énergie russe ». La solution, qui ferait le jeu de l’industrie pétrolière des Etats-Unis, passe en partie par les livraisons de gaz naturel liquéfié américain. Mais elle se heurte à court terme à l’insuffisance d’infrastructures, notamment en Allemagne pour débarquer le gaz.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le financement des hydrocarbures russes, nerf de la guerre économique

La stratégie américaine, ce fut le miracle de l’exploitation par fracturation hydraulique, qui a fait en dix ans du pays le premier producteur mondial d’hydrocarbures, devant la Russie et l’Arabie saoudite. La technique n’a pas été développée en Europe en raison de ses atteintes à l’environnement. Résultat, aujourd’hui, les exportations américaines d’hydrocarbures dépassent légèrement les importations, grâce à une production locale annuelle de 6 milliards de barils.

Il vous reste 65.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to thank the author of this write-up for this outstanding material

Guerre en Ukraine : Joe Biden interdit l’importation de pétrole russe

Travors