Mexique : un sixième journaliste assassiné depuis le début de l’année

La série noire continue. Un sixième journaliste a été assassiné, vendredi 4 mars, depuis le début de l’année 2022, à Fresnillo, dans l’Etat mexicain du Zacatecas (nord), une localité considérée comme la plus dangereuse du pays. Journaliste et chauffeur de taxi, Juan Carlos Muniz alias « Rigoberto » a été tué par balles dans son véhicule par des inconnus qui ont réussi à prendre la fuite. Son assassinat et son statut de journaliste ont été confirmés de source officielle immédiatement.

« Je condamne l’acte qui a visé cet après-midi à Fresnillo Juan Carlos Muniz, qui travaillait pour le portail d’information Testigo Minero. Nous exprimons notre solidarité envers ses proches, ses amis et ses collègues », a déclaré sur Twitter le gouverneur de l’Etat, David Monreal. Le gouverneur, membre du parti au pouvoir Morena (gauche), a demandé à la justice « d’éclairer les faits et de trouver les responsables dans les meilleurs délais ».

Lire aussi Au Mexique, le président promet une « impunité zéro » après l’assassinat d’un journaliste, le cinquième en 2022

Le parquet a annoncé l’ouverture d’une enquête, en se mettant en contact avec un mécanisme gouvernemental de protection des journalistes supposé les défendre quand ils sont menacés. Les crimes envers les journalistes (environ cent cinquante en vingt ans) restent généralement impunis.

Un écrasant sentiment d’insécurité

Le Mexique est l’un des pays les plus dangereux pour les journalistes, en raison de la violence des narcotrafiquants, de l’impuissance des autorités à les défendre, et de la collusion de responsables politiques avec le crime organisé, que des journalistes dénoncent. Bon nombre de rédacteurs en situation précaire ont également du mal à vivre de leur métier, et doivent boucler les fins de mois avec d’autres activités.

« Le lâche assassinat de notre collègue et ami a bouleversé une grande partie de la société de Fresnillo, ainsi que toute la corporation journalistique », a écrit sur sa page Facebook le site d’information Testigo Minero.

La localité de Fresnillo dans l’Etat minier du Zacatecas, est la plus dangereuse du Mexique, d’après une enquête en janvier indiquant que 96 % de ses quelque 240 000 habitants éprouvent un sentiment d’insécurité. Cœur historique du Mexique colonial, Zacatecas a sombré dans la violence ces derniers mois en devenant le terrain d’affrontement entre les deux principaux cartels mexicains, le Cartel de Jalisco Nouvelle Génération et celui de Sinaloa du « Chapo » Guzman, qui purge une peine de prison à vie aux Etats-Unis.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au Mexique, la « maison grise » du fils d’« AMLO » soulève les soupçons de conflit d’intérêts

Des corps pendus à des ponts

Début janvier, dix corps ont été retrouvés dans une camionnette abandonnée en plein centre historique de la ville de Zacatecas, devant le palais du gouverneur. Le président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, avait dénoncé « un acte de provocation », en évoquant lui-même « des affrontements entre des groupes ».

En novembre, le même AMLO – ses initiales et son surnom – s’était déplacé avec l’ensemble de son gouvernement à Zacatecas pour annoncer des renforts sécuritaires après la découverte d’une quinzaine de corps au total pendus à des ponts en quelques jours. Ce procédé porte la signature des cartels dans la guerre violente qu’ils se livrent.

Au total, six journalistes ou collaborateurs de sites d’informations ont été tués au Mexique depuis le début de l’année. Deux d’entre eux ont été exécutés à Tijuana, la ville frontière avec les Etats-Unis au nord-ouest. Parmi les victimes figurent également le directeur d’un site d’information dans l’Etat de Veracruz (est) et le collaborateur d’un site d’information dans le Michoacan (ouest).

Le Monde avec AFP

We want to give thanks to the author of this article for this amazing content

Mexique : un sixième journaliste assassiné depuis le début de l’année

Travors