Michelle O’Neill, la future première ministre « pour tous » de l’Irlande du Nord

Un sourire plein de fossettes, un carré blond et des costumes sages : à 45 ans, Michelle O’Neill, la vice-présidente du Sinn Fein, est en passe de devenir la nouvelle première ministre d’Irlande du Nord. Car pour la première fois dans l’histoire de la Nation partie du Royaume-Uni, le parti nationaliste pro-réunification de l’Irlande a envoyé le plus grand nombre de députés à Stormont (le Parlement nord-irlandais), lors des élections du 5 mai dont le dépouillement s’est achevé samedi 7 mai. Jusqu’à présent première force politique d’Irlande du Nord, le parti unioniste DUP (en faveur du maintien dans le Royaume-Uni) devra se contenter du poste de premier ministre adjoint.

Pour nombre de Nord-Irlandais, qui ont connu les Troubles – ces trente ans de guerre civile entre catholiques (majoritairement pro-réunification) et protestants (unionistes) –, le Sinn Fein reste un parti toxique, marqué par son soutien passé à l’IRA (Armée républicaine irlandaise), la formation paramilitaire ayant lutté et assassiné pour l’unification de l’île. Mais Michelle O’Neill, née Doris dans le comté de Cork (en République d’Irlande), appartient à la génération du retour à la paix : elle s’est d’ailleurs engagée au Sinn Fein à 21 ans, en 1998, l’année de la signature du traité de paix du Vendredi saint.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le Sinn Fein, en faveur de la réunification, devient la première force politique d’Irlande du Nord

Conseillère municipale, députée à Stormont (l’Assemblée nord-irlandaise), ministre de l’agriculture puis de la santé, Michelle O’Neill a fait ses classes et accumulé de l’expérience, notamment celle du « power sharing », ce système de cogestion obligatoire de l’Irlande du Nord entre nationalistes et unionistes, héritage du traité de paix. En janvier 2017, elle remplace au poste de premier ministre adjoint Martin McGuinness, ex-membre de l’IRA puis de l’IRA provisoire (formation dissidente très active pendant les Troubles), devenu l’un des architectes des accords du Vendredi saint. McGuinness venait de démissionner et d’annoncer, dans la foulée, ne pas se représenter pour raisons de santé (il est mort peu après, en mars 2017).

Rompre avec son passé sulfureux

« Je mets mes pas dans ceux d’un géant, déclarait alors Mme O’Neill, à propos de son prédécesseur. Mais je n’ai jamais eu peur des challenges, je n’ai jamais eu peur d’agir. » Le fait que cette femme sans passé militaire ait été choisie par les instances du Sinn Fein pour succéder à M. McGuinness a été interprété comme une volonté du parti – présent au nord et au sud de l’île – de rompre avec son passé sulfureux. Michelle O’Neill a été préférée à Conor Murphy, un ancien de l’IRA provisoire emprisonné pour détention d’explosifs dans les années 1980. Mère adolescente à 16 ans, divorcée, avec deux grands enfants – Saoirse et Ryan –, Michelle O’Neill incarne aussi une certaine modernité.

Il vous reste 35.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to give thanks to the author of this post for this remarkable content

Michelle O’Neill, la future première ministre « pour tous » de l’Irlande du Nord

Travors